07.12.17

Pétrole : l'actualité en europe

Photo Pétrole : l'actualité en Europe

À part la Russie et la Norvège, aucun pays européen n'est exportateur de pétrole. Pourtant, l'Europe est deuxième en termes de consommation de pétrole et elle possède sa propre référence pétrolière : le Brent. Alors, d'où vient le pétrole consommé par les Européens ? Et comment se porte le secteur pétrolier en Europe ?

Europe : le pétrole en recul

L'Union européenne est le deuxième plus gros consommateur d'énergie au monde après les États-Unis. Une situation logique compte tenu de sa population, de son niveau de développement économique et industrielle. En effet, la consommation énergétique par habitant de l'Europe s'est élevée à environ 3 200 kg en 2015. Le secteur du transport est le premier consommateur d'énergie, devant le bâtiment, l'industrie et les services. Pour satisfaire la demande, l'Europe est contrainte d'importer 60 % de son gaz et 80 % de son pétrole.

De plus, le continent ne dispose que de faibles ressources en hydrocarbures et la France dépend notamment de l'importation de pétrole. Malgré tout, le prix du pétrole européen référencé à Londres stagne et marque même un petit recul par rapport à l'américain WTI. En 2017, le baril de Brent est descendu à 53,51 dollars, soit une baisse de 27 cents comparés à son prix d'il y a quelque temps. En cause : la production massive d'énergie nouvelle au Danemark et le changement dans le moyen de transport.

Les régions pétrolifères en Europe

Le pétrole n'est pas totalement absent en Europe. Sur le continent on cite des producteurs historiques comme la Norvège qui possède un productible ultime d'environ 35 milliards de barils de pétrole (21 ont déjà été extraits). En termes de production pétrolière, la Norvège est première en Europe avec 3,4 millions de barils bruts par jour en 2001. Au niveau mondial, elle est en cinquième place en termes d'exportation pétrolière. À part la Norvège, il y a aussi l'Allemagne dont la capacité de production journalière peut atteindre 68 000 barils.

Avec 21 000 barils par jour, la France, barils est à peine capable d'assurer 1 % de sa consommation journalière en pétrole. En Europe, la filière pétrolière est vieille comme le monde. Puisque tout le monde connaît sa valeur, elle est fortement concurrencée. Pour ceux qui cherchent du travail, obtenir un poste au sein d'une grande compagnie pétrolière européenne comme Philia SA n'est pas toujours aisé. En effet, Philia SA n'applique pas les mêmes politiques de recrutement en Europe et en Afrique, là où elle offre un stage au sein de sa filiale Philia Energy .

Afrique : un champ de bataille entre les compagnies pétrolières

Les besoins grandissants en pétrole expliquent la présence de nombreuses compagnies étrangères en Afrique. Ces multinationales se livrent une lutte sans merci pour s'imposer dans l'exploitation pétrolière africaine. Prenez l'exemple de la République du Congo. En passe de devenir 3e exportateur d'Afrique subsaharienne, le Congo a commencé son exploitation en 1957, avec le groupe Elf (l'ancêtre de Total).

Avec le pouvoir qui s'est succédé, le pays a accueilli des compagnies, américaines (Chevron), italiennes (ENI) mais aussi chinoises (CNOOC). La compagnie suisse Philia SA est aussi déjà passée par là. Mais ce qui est intéressant et dénote une tendance assez récente, c'est l'arrivée de petites compagnies comme Murphy Oil, qui est un opérateur américain indépendant.